Melun d'hier ... à aujourd'hui
titre Melun en Juin 1940
Titre Melun en Juin 1940 - Présentation
Je vous invite à découvrir les destructions qu'a connu Melun, lors de la "campagne de France" (Mai-Juin 1940) au début de la seconde guerre mondiale.
Un simple "clic" sur la miniature d'une photographie vous permet d'accéder à une nouvelle page présentant, à minima, un montage photographique constitué d'une vue de l'été 1940 et d'une vue récente de ce début des années 2010.

A l'occasion du 72ème anniversaire des combats qui se déroulèrent à Melun le 15 Juin 1940, je vous propose une page complètement remaniée de "Melun en Juin 1940" faisant état des informations dont je dispose sur les faits et les forces en présence. Ce travail reste celui d'une amateur. Cependant, j'espère pouvoir éclairer d'un oeil neuf cette période de l'histoire moderne de laquelle il reste de moins en moins de témoins directs. De plus, toute contribution est la bienvenue pour infirmer ou confirmer mes propos. Pour ce faire, n'hésitez pas à me contacter.

Bonne balade historique dans "Melun en Juin 1940".

Xavier COURTAY

Actualisation de la page le 21 Avril 2014.


Un élément qu’il nous faut prendre en compte est la date des témoignages. En effet, on n’écrit pas l’Histoire de la même façon à la date à laquelle on écrit. De plus la mémoire peut parfois jouer des tours. C’est pourquoi je m’attache beaucoup aux photographies. Les témoignages principaux que j’utilise sont ceux tirés d’un ouvrage allemand publié en 1941 « Division Sintzenich » et celui de Pierre Voizard « Eté 40 en Seine-et-Marne », paru dans la Revue des Deux Mondes (en Août 1974, p. 300 à 305).

Tout d’abord, il est important de préciser qu’en Juin 1940, seuls deux ponts traversent la Seine à Melun : le pont de Pierre (sur le petit bras, en haut sur la carte postale ci-dessous) et le pont de Fer sur le grand bras.

Melun panorama Années 30 Brossonnot île Saint-Etienne

Dans l’article paru dans "Notre Département : La Seine-et-Marne" (n°13 de Juin-Juillet 1990) intitulé " Il y a cinquante ans : Six jours de combats en Seine-et-Marne" rédigé par le général J. Delivré , comme dans l’ouvrage de René-Charles Plancke « La Seine-et-Marne 1939-1945 – Tome 1 – De l’avant guerre à l’occupation allemande », figurent des extraits du témoignage du Préfet de l'époque, le Préfet Voizard, qui s’interroge sur la raison conduisant à faire sauter les ponts puisque les allemands franchissent la Seine à Paris depuis la veille.

Lors de la création de cette page, je précisais que contrairement à ce qu’affirme le Préfet Voizard, un seul pont, le "Pont de Fer" reliant la rive gauche de la Seine à l'île Saint-Etienne a sauté à Melun et non pas le "Pont de Pierre" reliant l'île Saint-Etienne à la rive droite. J’indiquais que j'apporterai ultérieurement les éléments (notamment photographiques) me conduisant à infirmer ce témoignage. C'est aujourd'hui chose faite avec l'actualisation de cette page le 21 Avril 2014.

Sur le montage ci-dessous, on découvrira, pour la vue ancienne, un soldat allemand prenant la pose sur le "Pont de Pierre" resté intact. Les lieux sont aisément reconnaissables de nos jours.

Melun - 1940 - seconde guerre mondiale
Je dispose d'autres photographies avec ce même "Pont de Pierre", ou "Pont de l'ancien Châtelet", toujours intact après les combats de Juin 1940. Le montage ci-dessous est réalisé à partir de deux photographies datées de 1943 et prises par un soldat du KG 2 Kampfgeschwader de la Luftwaffe (2ème escadron de bombardiers de l'armée de l'air allemande), escadron basé à Melun-Villaroche.


Melun - pont de Pierre / Châtelet en 1943 - Seine - seconde guerre mondiale - WW2

Le "Pont de Fer" fut effectivement détruit le 15 Juin 1940.

Melun1940 WW2 pont de fer maréchal Leclerc
Pont de Fer et rue St-Etienne après les combats - Vue prise de la rive gauche du grand bras de Seine

Les ponts ferroviaires du Mée (traversant la Seine au niveau du Mée-sur-Seine et de Dammarie-lès-Lys) et du Pet au Diable (Livry-sur-Seine) ont également sauté ce même jour. Les photos que je présente sur « Melun d’hier … à aujourd’hui » en témoignent. Ces deux ponts n’ont pas été détruits aux mêmes endroits le 22 Août 1944, ce qui me permet de distinguer les destructions du début et de la fin de la seconde guerre mondiale.

Pont ferroviaire du Mée Dammarie-lès-Lys Melun deuxième guerre mondiale                           Livry sur Seine 1940 pont du Pet au Diable Melun Seine-et-Marne


Pourquoi faire sauter les ponts de Melun ?

Très probablement pour retarder l’avance des forces ennemies et permettre le repli des forces françaises sur la Loire.

Dans son article, le général J. Delivré (pages 16-17), écrit :
"Journée du 14 Juin 1940
Deux divisions établissent une ligne de recueil sur la Seine :
- la 7e division d’infanterie nord-africaine ; elle placera des bouchons sur les passages de :
          - Melun, 31e régiment de tirailleurs algériens,
          - Fontaine-le-Port, 20e régiment de tirailleurs tunisiens ;
- la 87e division d’infanterie nord-africaine avec :
          - le 17e régiment de tirailleurs algériens à Avon,
          - le 9e régiment de zouaves à Champagne-sur-Seine,
          - le 344e régiment d’infanterie à Vulaines.
L’artillerie portée qui avait appuyé la 57e division sur la Griselle a fait halte dans le parc du château de Beauvoir et arrive à l’obélisque de Fontainebleau où elle reçoit mission de soutenir la 87e DINA.
(…)
La marche infernale a recommencé. (…) Melun offre un spectacle insensé (…). Tout ce qui roule encore est sur les routes, mais les fantassins des 101e, 93e, 130e sont toujours à pied portant leurs armes et leur barda.
(…)
Dans la nuit du 14 au 15, toutes les grandes unités (divisions) évoquées jusqu’à présent franchissent la Seine sous la protection des divisions de recueil et de l’artillerie.
(...)
Les ponts sautent : aussitôt une violente canonnade et des tirs d'armes légères proviennent de la rive gauche."

René-Charles Plancke précise (ouvrage précédemment cité, page 108) :
"A MELUN, le 15 juin, vers 8 heures du matin une formidable explosion retentit : 300 kg de cheddite font sauter le pont de fer, peu après les ponts ferroviaires du MEE et du PET-AU-DIABLE sautent à leur tour. (...)
L'explosion du pont de fer pulvérise les maisons voisines. Il y a des tués, soldats en retraite ou réfugiés de passage et un troupeau de bovins qui emprunte le pont à ce moment est décimé.

La presque totalité de la population melunaise a quitté la ville, mais il reste entre 300 et 500 personnes auxquelles il faut ajouter les malades et vieillards de l'hôpital au nombre de 550 ... (...)
"

Melun 1940 destructions WW2 quai Maréchal Joffre et rue Saint Ambroise
Angle du quai Maréchal Joffre et de la rue Saint-Ambroise après les combats

Pour compléter ces écrits, et notamment confirmer que seul le pont de Fer a sauté ce 15 Juin, j’ai trouvé le témoignage suivant dans "Division Sintzenich" que je vous invite à découvrir avant de poursuivre la lecture de cette page.

Melun 15 Juin 1940 les combats 33.ID contre 31ème RTA de la 7ème DINA tirailleurs algériens

Pont de Fer 15 Juin 1940 Melun Seine quais destruction exode

quai Joffre rue Saint-Ambroise - Melun Juin 1940 - WW2

Quelles étaient les forces françaises en présence ce jour ?

Nous avons lu que le 31ème régiment de tirailleurs algériens (de la 7ème DINA) avait reçu comme mission de bloquer la passage de l’armée allemande à Melun. J'en profite pour lancer un appel : je recherche tout témoignage, document, etc. au sujet de cette unité.

Les deux extraits de cartes présentées ci-dessous sont tirés des cartes des 14 et 15 Juin 1940 publiées dans l'ouvrage "les Grandes Unités Françaises - Historiques Succincts", édité par le SHAT en 1967.

14 Juin 1940
arte GUF 14 Juin 1940 - secteur de Melun - SHAT en 1967

15 Juin 1940

Carte GUF 15 Juin 1940 - secteur de Melun - SHAT en 1967

On pourra se reporter utilement au site ATF.40 et à son forum qui sont une mine de renseignements.

Quelles étaient les forces allemandes en présence à Melun le 15 Juin 1940 ?

Les différents témoignages collectés dans l’ouvrage « Division Sintzenich » confirment la présence d’éléments de la 33.ID de la Heer (33ème division d’infanterie de l’armée de terre allemande).

La carte présentée ci-dessous, est un extrait tiré de l’ouvrage de K. J. Thies, « Der Westfeldzug 10. Mai bis 25. Juni 1940 ». Elle mentionne également la présence de la 4.ID (4ème division d’infanterie). Je n’ai pas d’éléments écrits à ma disposition confirmant ce fait mais l’ouvrage, réalisé à partir des journaux de marches des unités, fait référence en la matière. Les indications en bleu concernent les forces allemandes et les indications en rouge les forces françaises telles que les allemands le pensaient.

Carte K.J. Thies der Westfeldzug Melun 15 Juin 1940

Je pense que la présence de soldats de la 4.ID est exacte car je possède deux photographies attribuées à un soldat allemand de l’IR.10 prises au moment des combats à Melun ce 15 juin. Le 10ème régiment d’infanterie (IR.10) est l’un des régiments composant la 4.ID avec l’IR.52 et l’IR.103.

J'ai récemment acquis (avril 2014) de nouvelles photographies prises par un soldat allemand du 9ème bataillon du 52ème régiment d'infanterie (IR.52) de la 4ème division d'infanterie (4.ID) qui deviendra en Juillet 1940 la "14 PanzerDivision". J'ai localisé trois photographies au Châtelet-en-Brie, ce qui confirme les informations de la carte ci-dessus présentant le gros des forces de la 4.ID au sud de Melun.

Pour plus d’information, on pourra se reporter au site Lexikon der Wechmacht.

La construction du pont de péniches.

René-Charles Plancke écrit, page 150-151 : "Très rapidement, les Allemands lancent un pont sur la SEINE à l'aide de péniches, ce pont est établi à la hauteur des silos."
L'ensemble des photographies dont je dispose me permet de situer le pont de péniches bien en aval de l'unique silo de l'époque, à la pointe de l'île.
Il poursuit, page 150-151 : "On se demande encore aujourd'hui pourquoi ces péniches se trouvaient si providentiellement, avec un matériel approprié à bord. A cet endroit, en quelques heures, le pont est utilisable et les véhicules allemands commencent à traverser le fleuve."

Melun 1940 WW2 pont de péniches
Pont de péniches
Vue amont prise du quai H. Rossignol au niveau de l'actuelle cité administrative


Les témoignages du lieutenant Gengnagel (cf. ci-dessus) et surtout de l'adjudant Dr. Hagenlocher (cliquer sur l'image ci-dessous pour y accéder) infirment cette idée qui, implicitement, fait écho à la présence d'éléments de la "cinquième colonne" à Melun.

Melun pont de péniches 15 juin 1940 world war II WW2

Sur la carte postale ci-dessous, datant du tout début des années 30 comme en atteste l'absence du silo, j'ai situé l'emplacement exact du pont de péniches construit par les allemands le 15 Juin 1940.

Melun situation le 15 juin 1940 pont de péniches

Un second pont provisoire construit par les allemands.

L'erreur de localisation du pont de péniches est probablement liée au fait que les allemands construisirent un second pont quelques jours plus tard.
René-Charles Plancke poursuit (page 151) : "Deux jours plus tard, les sapeurs ennemis lancent des ponts de bateaux et c'est par dizaines de milliers que les réfugiés remontent vers le nord, (...)."
Or, il ne s'agit pas de plusieurs ponts de bateaux mais d'un pont provisoire en bois. La photo suivante me permet de situer très précisément l'entrée de ce pont entre le silo de la Coopérative Agricole de la Brie et la tour César sur l'île Saint-Etienne (tous deux aujourd'hui disparus) à l'emplacement de "l'Astrolabe".


Melun pont 1940 silo Coopérative Agricole de la Brie tour César Seine WW2
Second pont provisoire - Vue amont prise du quai H. Rossignol

Sur la vue aérienne précédente, ce pont se situerait à mi-chemin entre le pont de Fer et le pont de péniches.

Son débouché se situe au niveau de l'actuelle cité administrative comme en témoigne le photomontage que je vous propose en cliquant sur l'image ci-dessous.


Pour revenir à la page d'accueil, il vous suffit de cliquer sur l'image suivante située en bas de chaque page.

Melun